Claude Rich est mort : Le cinéma avant les Djamel et Omar

A l’époque les gauchistes méprisaient déjà ce cinéma franchouillard.

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Claude Rich est mort : Le cinéma avant les Djamel et Omar

  1. Réseau Libre dit :

    Je viens de me tapper (en vidéo) « les derniers parisiens », dont le titre aguicheur et la description sommaire (« les derniers parisiens du Milieu ») m’avait attiré sur un site de Torrents, me laissant espérer un retour dans le Paris d’il y a 30 voire 50 ans avec les « beaux voyous », AVANT l’invasion! Hélas… Les écrans de présentation donnent le ton… « Avec le soutien du fonds image pour la diversité »…!! J’ai déjà failli tomber de ma chaise… Bref… Pour résumer… on y voit le Paris envahi par la racaille nègre et bougnoule a qui bien sûr on donne le beau rôle. On y voit quelques blanches se rouler des pelles avec les-dits nègres et bougnoules, on y apprend le langage des niktamères, et on se retient de ne pas gerber de voir tout ça! J’ai survolé le film de 1h40 en 10 minutes, avec une envie de meurtre! Après avoir donc effacé le fichier, je consulte les critiques sur internet… Pas de surprise, TOUTES ne disent que du bien de ce film immonde!

    Et le CLOU des critiques… voyez l’image de Télérama:

    Je crois qu’il n’y a rien à dire…

    Le karcher ne suffira pas, c’est du lourd qu’il faudrait pour nettoyer tout ça… Même les kalach trouveront vite leur limite… Quelques missiles chargés en nucléaire sur Paris – et quelques autres villes – règleraient par contre avantageusement le problème…

    J'aime

    • Biker48 dit :

      Perso ,je ne cherche même pas à le voir…
      .Rien que de lire : De Hamé Bourokba, Ekoué Labitey
      Avec Reda Kateb, Slimane Dazi, Mélanie Laurent ..
      et le scenario…
      « Tout juste sorti de prison, Nas revient dans son quartier, Pigalle, où il retrouve ses amis et son grand frère Arezki, patron du bar Le Prestige. Nas est décidé à se refaire un nom et Le Prestige pourrait bien lui servir de tremplin »…

      J'aime

  2. Verdammt dit :

    Pensée à Claude Rich qui était un bon acteur. Une génération est partie.
    On avait d’excellents artistes à l’époque et pas des pitres comme aujourd’hui.
    Tous ces artistes me font rêver encore.
    Je les regarde en cachette. LOL
    Je viens d’une autre génération.

    J'aime

  3. Nazebroc dit :

    Le résultat du socialo-communisme est dans les commentaires… J’ajoute que mettre des nègres et des crouilles devant une caméra peut relever de l’observation de race inférieures, mais pas de la culture.

    J'aime

  4. odin29 dit :

    Ben oui les amis la DGV (décadence à grande vitesse ) c’est ça…la nouvelle culture, le nouvel art c’est le vagin de la Reine à Versailles ou le plug anal du dernier  » artiste  » à la mode.
    Souvenez vous de jack lang qui parrainait le groupe talentueux  » nique ta mère  » . On en est là!
    Avant on avait des pointures, du cinéma, des Pagnol, des Melville, des Claude Autant Lara, des Julien Duvivier et j’en oublie…
    Quant aux acteurs d’aujourd’hui…n’en parlons pas.
    Ben oui triste constat notre vieille et belle France est en train de mourir à la grande joie des internationalistes.

    Aimé par 1 personne

  5. Biker48 dit :

    Immortel …quand le Cinéma Français voulait dire quelque chose….

    Aimé par 1 personne

  6. EQUALIZER dit :

    La France d’ avant , celle qui n’ existe plus , que les plus jeunes n ‘ ont pas connue … je m’ y sens de plus en plus étranger . Des acteurs qui avaient une culture , de l’ épaisseur ! des personnages à eux seuls . Pour un coup d ‘oeil dans le rétro :

    Aimé par 1 personne

  7. franpo974 dit :

    De la tenue. Aujourd’hui, c’est la vulgarité et la grossièreté.

    Aimé par 1 personne

  8. kroustibad dit :

    L’élégance à l’état pur…

    Aimé par 1 personne

    • Jean NOGUES dit :

      Ce cinéma d’avant comparé aux pauvres minus de maintenant, c’est la réponse du vrai talent à la médiocrité des imposteurs actuels ; le diamant en face du toc de verroterie bâclée en vente dans tous les souks de la planète ; le plus grand mépris, c’est de se taire

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.