Il reste nombre de braves gens en France

7971e9342c83d1c9a8c6b23b763aa5df.pngNote: Bien que les positions de Guy Millière, en perpétuelle admiration béate devant Israël et les américains, ne soient pas toujours les notres, il arrive qu’il ait de bonnes analyses, comme celle-ci! Le titre a ete choisi par nous-memes, a prendre sur un ton ironique… Et a comprendre comme « quelle bande de cons! ».

Je sais. Il reste nombre de braves gens en France. Sans doute sont-ils même des millions. Je sais aussi.

Il doit rester des endroits en France où la vie est agréable. Je sais enfin: la stratégie reposant sur le principe de la cuisson du homard*, expliquée par Michel Gurfinkiel dans un de ses livres et par moi dans un autre livre (Voici revenu le temps des imposteurs*), fonctionne, et il existe même des gens qui trouvent que la France est dans un état tout à fait normal.

J’ai même rencontré des Français autrefois qui m’ont dit que bétonner les villes et y créer des embouteillages était excellent pour l’environnement et que récurer le périphérique parisien deux fois par semaine était nécessaire à la propreté de celui-ci, et ces Français ne semblaient pas sortir tout droit de l’asile d’aliénés. Néanmoins, en regardant la France de loin, je ne puis m’empêcher de la trouver singulièrement détraquée.

Et quand je regarde la situation politique française, je ne puis trouver aucun signe d’espoir que cela s’améliore.

Après une élection présidentielle où un disciple d’Hugo Chavez a recueilli vingt pour cent des voix, et où un médiocre candidat vaguement libéral et aux positions douteuses en politique étrangère (mais qui valait mieux que ses adversaires, ce qui témoigne du niveau auquel le pays est tombé) a fini son parcours en guenilles, suite à une campagne de type totalitaire menée contre lui, un crétin continuateur de François Hollande et jamais sorti de l’adolescence, un homme qui semble se prendre pour le roi Soleil parce qu’il est entré dans la Galerie des glaces à Versailles et y a vu de la lumière, a été élu triomphalement à la présidence face à une candidate qui tenait un discours lucide sur l’islam, mais avait un programme économique proche de celui du disciple d’Hugo Chavez.

Et comme si avoir porté le crétin à la tête du pays ne suffisait pas, le parti politique qu’il a créé pour rassembler tous les éclopés du communisme, du socialisme, du centre mou, de nulle part et de partout va remporter une majorité absolue écrasante à l’Assemblée nationale, et devenir une sorte de parti unique cousu d’opportunismes sur les bords duquel resteront deux mouvements d’extrême gauche, dont un stupidement classé à l’extrême droite par des politologues analphabètes.

En se choisissant comme pire chef de file François Baroin, un sous François Hollande en plus insignifiant, les Républicains ont choisi la déroute, et ils l’ont. A la mesure de leur nullité. (La maison France brûle, le djihad rôde, et ils parlent de baisse des impôts de dix pour cent).

Les médias audiovisuels et la presse écrite étant en pâmoison, il sera dit que tout va bien jusqu’aux prochaines graves, émeutes et attentats, pendant lesquels il sera dit que cela pourrait aller plus mal.

Les Français qui écouteront ou liront les journalistes pâmés et qui espéreront ainsi comprendre ce qui se passe dans le reste du monde et tenter de garder quelques repères consumeront inutilement leurs neurones.

S’ils lisent Libération, le journal des gauchistes atteints de démence sénile et de ceux qui ont tout appris en écoutant les gauchistes atteints de démence sénile, ce sera bien fait pour eux.

S’ils lisent Le Figaro, et tentent d’y trouver autre chose que les chroniques de Gilles William Goldnadel, d’Ivan Rioufol et d’Eric Zemmour, ils s’occasionneront des dommages cérébraux regrettables.

La page politique étrangère du Figaro est désormais presque interchangeable avec celle de Libération, et il m’arrive de me demander en la parcourant d’un regard distrait quelles substances illicites absorbent ses rédacteurs.

  • Ces jours derniers, un article parlait des “révélations accablantes” pour Trump de James Comey : quiconque lit l’anglais discerne en une seconde qu’au contraire, James Comey confirme tout ce que dit Trump depuis des semaines, au grand dépit des démocrates et de la presse gauchiste américaine. Il n’y a aucune collusion entre l’administration Trump et la Russie, et Comey s’est placé dans une situation difficile en révélant qu’il a transmis illégalement des documents au New York Times, ce qui pourrait lui valoir une mise en examen. Comment peut-on écrire un article aussi inepte et aussi faux et publier dans Le Figaro ? 
  • Un autre article portait sur le Qatar et ses “soutiens” censés l’aider à “sortir de la crise”. Aucune explication n’est donnée sur le fait que la “crise” découle directement de l’offensive des pays sunnites rassemblés autour de l’Arabie Saoudite sous l’égide de Donald Trump aux fins d’endiguer l’Iran, de mettre en place une alliance avec Israël et de recomposer toute la région, sur le fait que le Qatar se refuse pour l’heure à trancher ses liens au terrorisme islamique, au Hamas et à l’Iran. L’auteur de l’article a dû apprendre la géopolitique en lisant Picsou Magazine ou en recevant un chèque venu de Doha. 
  • Et je ne parle même pas des articles élogieux sur l’Iran et des articles falsificateurs sur Israël. Il n’existe plus un seul journal ou magazine digne de ce nom en France, à l’exception partielle de Valeurs Actuelles.

Les débats télévisés sont des concours d’inepties et les âneries qui s’y débitent ne résisteraient pas un centième de seconde s’il y avait sur le plateau quelqu’un qui connaissait la question. Mais ceux qui connaissent la question sont tenus loin des plateaux.

  • Dans l’émission de Laurent Ruquier, répugnant crétin tout aussi crétin qu’Emmanuel Macron, j’ai pu entendre il y a huit jours que Renaud Camus était raciste et antisémite : Renaud Camus n’est ni l’un ni l’autre, mais il ne sera pas invité pour se défendre, bien sûr. J’ai pu entendre aussi que les Musulmans en France s’intégraient de mieux en mieux et ne posaient strictement aucun problème. C’est beau la télévision française, le samedi soir… 
  • Dans une autre émission, j’ai entendu Laurence Haïm faire l’éloge du crétin qui est à l’Elysée, et de ses débuts diplomatiques étincelants. Il a convaincu, a-t-elle dit, Donald Trump de ne pas se retirer des accords de Paris (c’était la veille de l’annonce du retrait par Donald Trump) : l’art de conviction d’Emmanuel Macron est une merveille, mais quand, comme Emmanuel Macron, on ne connaît rien au dossier et qu’on s’adresse à un homme qui, lui, connaît ce dont il parle, il est difficile de convaincre. 
  • Laurence Haïm a ensuite trouvé “génial” que Macron insulte Vladimir Poutine, et y a vu une base de “rapprochement” avec la Russie. Puis elle a dit que Macron avait affirmé que si Bachar al Assad utilisait des armes chimiques, la France bombarderait la Syrie ! Et elle a ajouté que des amis lui avaient dit : c’est exactement la doctrine Obama. Je n’avais pas remarqué que c’était Obama qui était intervenu en Syrie après un bombardement chimique il y a quelques semaines, mais j’ai quitté la France et je vis aux Etats-Unis, ce qui explique sans doute pourquoi je ne sais, à l’évidence, pas qui était Président des Etats-Unis au mois d’avril, il y a deux mois.

La télévision française est un dîner de cons permanent où il n’y a quasiment que des cons, et au troisième ou quatrième degré, c’est un régal.

Je sais. Il reste nombre de braves gens en France. et des endroits en France où la vie est agréable. Je préfère néanmoins regarder la cuisson du homard français s’achever depuis la distance en laquelle je me tiens. Avec compassion pour ceux qui en souffrent. Avec un sourire ironique face à ceux qui sont contents. La vie est très belle au pays de Donald Trump. Je ne suis pas certain qu’elle va rester belle très longtemps au pays d’Emmanuel Macron. Je ne suis pas certain qu’elle est belle aujourd’hui.

Guy Millière

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.