La racaille importée se révolte en Italie

modena-negri1-448x293

Des milliers de migrants africains en révolte sont descendus dans la rue à Modène. Ils se sont contactés à travers internet et scandent « liberté ».

Ils se nomment Modena Refugees et ont organisé une manifestation le 15 mai. Ils se sont rassemblés devant la gare et le cortège s’est rendu à la préfecture en empruntant plusieurs rues traversant la ville. « Nous avons choisi de se retrouver devant la gare pour des raisons logistiques car c’est le point de ralliement de milliers d’étrangers en attente de régularisation. Ils viennent de toute la province. Ils connaissent tous la gare » a déclaré un des organisateurs. C’est la première manifestation de ce nouveau collectif formé entièrement de migrants en attente d’un permis de séjour. […]

Ce collectif, Modena Refugees, a été mis sur pied spontanément par des migrants africains. Il compte actuellement une vingtaine d’adhérents. Ils demandent que les institutions mettent moins de temps pour leur donner des papiers, pour renouveler les permis de séjour et pour obtenir l’assistance sanitaire.   De plus, sur le prospectus qui a été traduit en anglais et en français et distribué dans toute la ville, ils accusent le système d’accueil et les travailleurs sociaux de les exploiter en les faisant travailler gratuitement sous la menace. En plus, l’argent de poche ne leur est remis que tous les deux mois au lieu de tous les mois. Les activistes protestent également contre la réouverture à Modène d’un centre permanent de renvoi. […]

Les observateurs

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour La racaille importée se révolte en Italie

  1. veno dit :

    c’est simple la politique actuel avec brussels europe ouverture a tout les invasions les peuple occidentaux ne sont plus sous la protection de leurs état a qui ils paient toujours des impôts et taxes civique,il est temps d’ouvrir les yeux .

    J'aime

  2. Aude dit :

    J’y vois, pour l’Italie…actuellement…une guerre civile en gestation..
    LIBERTÉ…qu’ils l’exigent dans leur pays respectif….et se battent là bas…..
    Comment peuvent-ils s’imaginer que des centaines de milliers puissent arriver…en quelques mois et soient de suite assimilés puissent trouver immédiatement un travail ou soient payés sans travailler? Alors même que beaucoup d’italiens sont au chômage…..
    Ils travaillent gratuitement disent-ils….mais oublient qu’ils sont logés nourris…aidés par l’état italien et qu’il paraît normal qu’en échange ils rendent des services à la communauté qui les reçoit….
    Ces clandestins exigent tout…mais ne veulent rien donner….
    Il n’y a donc aucune raison de les maintenir sur sol européen…..
    REMIGATION…..seule solution!!!!!!

    J'aime

    • Merlin dit :

      Bonjour Aude! Et bonjour à tous!
      Je réponds à votre post afin, peut-être, de vous aider à mieux comprendre, non pas la sitiation actuelle (là, vous avez tout compris) mais ce que sont ces migrants au plus profond de leur mentalité. Et si je ne mets pas de « s » ni à « leur » ni à « mentalité », c’est pour la seule raison que ladite « mentalité » est la même dans TOUTE L’AFRIQUE!
      Les femmes et les hommes noirs, de qualité qui veulent désespérément sortir de la négritude sont broyés par les « rois » nègres et maintenant l’Islam. L’Afrique est cuite!
      René Dumont en parlait déjà dans son ouvrage en 1962: « L’Afrique Noire est mal partie »
      Je suis né au Sénégal en 1952 à Ziguinchor où mon père créa l’école vétérinaire du même nom, totalement financée par la France, tant au niveau infrastructure qu’à celui du personnel qu’à celui de toutes les charges possibles inhérentes à une école.
      Ziguinchor qui était jadis une plate-forme importante pour les négriers signifie: « la ville où l’on pleure ». Mais j’y reviendrai plus après.
      Mon paternel, encore lui, oeuvra quelques années au Niger où il mit en place l’élevage de zébus, de volailles et la construction de très nombreux puits et d’une laiterie.
      Plus tard, il fondit l’école vétérinaire de Bingerville en Côte d’Ivoire et là encore mise en place d’élevage bovin. En outre, il supervisait l’élevage du ranch de Yamoussoukro (Nord du pays). Il fut aussi conseiller du Président Félix Houphouët-Boigny pour l’agro-alimentaire.
      Quand nous quittâmes la Côte d’Ivoire, et cela je ne l’oublierai jamais, Le Président lui-même et une foultitude d’amis noirs étaient à l’aéroport, le Président demandant une fois encore à mon père, en lui donnant l’accolade: « Docteur, ne partez pas l’Afrique a besoin de vous! »
      Mais la décision était irreversible, décision due à l’état de santé de ma mère qui ne pouvait plus vivre sous les tropiques ( entre 75% et 90% d’hygrométrie en moyenne).
      C’était l’époque des anciennes A.O.F (Afrique occidentale française) et A.E.F (Afrique équatoriale française).
      C’était l’époque où les blancs dirigeaient et bossaient durement, contrairement à ce qui fut inculqué aux bons Français de France sous une ripoublique déjà de gauchiasses (vive mai 68, n’est-ce pas?), où les peuples noirs appelaient De Gaulle « Papa De Gaulle ». Et ils le pouvaient tant la France fut généreuse à leurs égards!
      Ils avaient les dispensaires, Ils y étaient soignés (bien souvent par des médecins militaires hautement compétents) au même titre que les toubabous (Autrefois terme affectueux employé par les noirs envers les blancs), des emplois, des mobylettes et motos, voitures, etc, etc…
      Ils vivaient heureux et il n’y avait aucun problème de racisme entre nous! Nous vivions ensemble, tout simplement!!!
      PUis vint l’indépendance logique, et nous les blancs devinrent des salauds de colons tel qu’inculqué au Français de la métropole et aux peuples africains. ANNEE 1968…
      De là fut répandue sur toutes ces anciennes « colonies » la volonté des gauchiasses; assavoir: la culture de la haine à notre égard et l’apprentissage de la repentance pour nous!
      Excusez-moi pour cette longue introduction mais elle fut nécessaire pour ce qui vient à présent.
      Revenons à Ziguinchor, la ville où l’on pleure…Et remettons les choses à plat: Sans les noirs pour vendre et livrer leurs frères, leurs enfants, leurs femmes en tant que marchandise, l’esclavage n’aurait jamais pu exister et vous savez pourquoi? Tout simplement que dans toutes ces contrées, l’homme blanc ne pouvait s’y aventurer sous peine de maladies mortelles pour lui!
      Quelques temps après avoir quitter le Sénégal pour le Niger, nous apprîmes que l’école fut dépouillée de tout et que la nature reprennant ses droits, la végétation y croissait, abondante…Le blanc n’était plus là pour diriger…
      Lorsque nous quittâmes le Niger pour la Côte d’Ivoire, le même scénario se reproduisit: Tous les puits massacrés pour récupérer les barres d’acier et fabriquer des lances! Les zébus volés et parfois tués sur place pour un festin dont seuls les ventres sauvages sont capables!
      Quant à l’école vétérinaire de Bingerville en côte D’Ivoire…Cherchez sur internet! Si vous en trouvez un fragment, c’est que vous êtes archéologue et de grande compétence!
      Oui, nous Français avons travaillé dur en Afrique, avons aimé ces pays et leurs peuples, même s’il y eut quelques cas isolés de salopards blancs.
      Oui, nous leurs avons laissé de magnifiques infrastructures, avons payé leurs armées et continuons à le faire (Vous ne le saviez pas?)!
      Oui, ils étaient bien gras et bien dodus!
      Oui! Ils doivent tout au blanc! Jusqu’à leurs plantations!
      Malheureusement, nous n’aurions jamais dû aller dans ces pays car le choc des civilisations fut gigantesque. Pensez que des personnes à l’âge de la bombe atomique débarquent au milieu de peuplades à l’âge du fer! C’est exactement ce qui s’est passé…Personne ne peut, intellectuellement, faire un tel saut et en ressortir indemne tout en gardant des valeurs fondamentales qui lui appartiennent!
      Ces pays dits « sauvages » avaient leurs régles, leurs coutumes. Ils vivaient de chasse et de cueillete, de pêche avec un taux de mortalité de près de 70% (maladies, guerres tribales, animaux, etc, etc…)
      Lorsque vous leur donniez les moyens de faire des jardins potagers, des plantations vivrières, vous savez ce qu’ils répondaient: « Patron, quand tu vas partir, alors moi je pars aussi. Moi jamais travailler pour un nègre! Alors pas besoin de faire la plantation »
      Aujourd’hui, ils sont revenus, non pas à l’âge de fer, mais à celui de la proto histoire; celle du QI de l’amibe!
      Quant aux noirs qui veulent sortir de ce cloaque et qui travaillent dur pour ouvrir une brèche, je les respecte et les admire…Et je les plains sincèrement…
      Leurs corréligionaires ne font pas des peuples de batisseurs, seulement des hordes tribales de fous sanguinaires qui détruisent, tuent, violent…Et ils s’en délectent! L’Islam s’y est répandue avec une grande facilité, n’est-ce pas?
      Le seul travail qui leur plaît consiste à vous découper à la machette! Manche courte ou manche longue? Ils vous laissent le choix. Si vous allaitez votre enfant, ils vous découpent les seins! J’ai vu, entres autres ignominies, un pauvre type empalé sur un piquet pour avoir voler un poulet…L’enfoncement dure logtemps et les hurlements me résonnent encore dans la tête!
      Ils ne respectent rien, pas même leurs collèfues qu’ils adorent massacrer à la moindre occasion!
      Alors vive la 12.7 et son staccato!
      Voyez donc ce qui nous attend!Et croyez moi, je sais de quoi je parle!
      Je suis reparti plus tard, adulte, dans certains de ces pays et là j’ai appris à haÏr le nègre, moi qui avait tant aimé les noirs!
      Français – Patriote – Chrétien
      Force et honneur

      J'aime

  3. Biker48 dit :

    En Afrique du Sud ces Primates assassinent tous les Fermiers Blancs, Brulent leurs Fermes tuent les Animaux …on pourrait croire que c’est pour reprendre la terre et la cultiver en remplaçant les Blancs …..non ,c’est seulement pour tuer ,et après ils crèvent de faim ,alors ils viennent dans le Pays des bons Blancs qui sont tellement cons qu’ils nourrissent tous les pau’v Noi’ sans qu’ils aient à travailler..

    Le futur de la France..

    J'aime

    • Merlin dit :

      Etonant qu’aucun média n’en parle, n’est-ce pas!
      Bon choix de sujet! il faut créer ub véritable choc psychologique chez les endormis!
      Et le pire, c’est que ces vidéos ne sont pas des montages propagandistes§
      Bon boulot!

      J'aime

  4. Verdammt dit :

    Merci Merlin,
    moi j’ai vu des choses pas gentilles en Algérie Française.
    Le Français va manger bon mais va comprendra trop tard.

    J'aime

  5. colococo2 dit :

    Doum doum doum doum doum ………………..C’ EST LE BRUIT DE LA 12, 7……….

    J'aime

  6. Biker48 dit :

    Il y en a qui s’en rendent compte….

    J'aime

  7. mERLIN dit :

    Répondez- leur, calibre à l’épaule: « Viva la Muerte! »! Et tirez dans le tas! Les gentils requins auront un nouveau plat à déguster; ils en deviendront marteau et les surfeurs n’auront plus à craindre pour pratiquer leurs spots favoris, à moins que les requins aient évolué vers des goûts plus raffinés…Là, je donne ma langue au chat…

    J'aime

  8. Verdammt dit :

    Putains de nègres. Ils ont faim.
    On ne leur a rien demandé.
    Qu’ils foutent le camps

    J'aime

    • Merlin dit :

      Hé! Verdammt, les avez-vous bien regardés? Dans toute l’Europe, ce sont les mêmes: jeunes, bien nourris et sapés par nos soins! Y voyez-vous des femmes, des enfants?
      Vous ne leur avez rien demandé mais eux sont là pour nous TUER!
      Y voyez-vous des Syriens chrétiens ou non? Non! Ceux-là on les laisse crever la gueule ouverte! Pour eux, c’est nada!
      Si les européens refusent de comprendre que la seule solution s’appelle « Finale », ils finiront en barbecue, leurs femmes et leurs filles engrossées par une race nègre! Bonjour le mélange, ça fera surement beaucoup de prix nobels pour le tam-tam, le rap et le Sida! Et vos petits enfants abâtardis parleront petit nègre; c’est à dire qu’ils s’exprimeront par borborygmes! Hon! Hon!
      Les singes ont la chance de n’être, comme nous, que des cousins! Oubah! Oubah!
      Pour ma part, et je ne dis pas cela pour vous, j’en ai ras la jatte de me démener pour réveiller les couilles molles…

      « Un jour que la dénommée Taubira se promenait au zoo de Vincennes, un macaque l’interpela. Alors qu’elle s’était rapprochée des barreaux, le macaque, en extase, lui demanda: « Comment que t’as fait pour sortir? »

      J'aime

Les commentaires sont fermés.