Maxime Haes l’autre Mehdi Meklat 1ere partie

Pourtant, les medias avaient été alertés, pendant plus de quatre ans ! Ainsi que la Justice. Les messages homophobes, antisémites, misogynes, injurieux à l’égard de certaines personnalités ou faisant l’apologie du terrorisme avaient été transmis au Procureur et même au ministre de la Justice, Christiane Taubira.  En vain. Jusqu’au jour où le dessinateur Joann Sfar puis la chanteuse Keren Ann s’en étaient mêlés. L’affaire avait fini par remonter aux oreilles de Gilles Clavreul qui avait alors affirmé parlant de Mehdi Meklat et de ses acolytes du Bondy Blog, véritable repaire de graines de terroristes et de racistes anti blancs. « Ils se livrent à de véritables jeux de massacre sur les réseaux sociaux », Car en effet comme le précise la lanceuse d’alerte qui a la première dénoncé l’immonde Meklat : “Tout ce milieu militant qui gravite autour du “racisme d’Etat” traitant de “fils de pute”, de “raciste” et d’“islamophobe” tous ceux qui osent émettre une critique sur l’islam.

Mehdi Meklat ne sera pas jugé car il y ‘a prescription, son compte Twitter n’a même jamais été suspendu malgré plus de 40 000 messages passibles de poursuites pénales, à croire que certains modérateurs du réseau social sont complices…

Le Bondy Blog se serait désolidarisé, le rédacteur en chef des Inrocks s’est fendu d’un édito aussi flasque que sa pensée et reflétant plutôt la culture de l’excuse, la poétesse à la petite semaine Taubira a posté un message sur son compte Facebook et la Licra aurait soi-disant saisi le procureur de la République.   Le salopard Meklat a fui la France en pleurnichant qu’il se sentait menacé de mort par la soi-disant fachosphère, lui qui avait menacé des pires sévices Natasha Polony ou Eugénie Bastié. Si la seconde est exaspérante rien ne justifie pour autant des menaces de mort.

Mehdi Meklat a fait des émules. Maxime Haes en est un.

Pendant près de cinq ans, sous son vrai nom mais également des pseudonymes, il a tenu des propos sexistes, antisémites, injurieux et pédophiles, il a menacé de mort de nombreuses femmes. Il a harcelé allant jusqu’à la suivre une mère de famille. Il a publié des noms en les associent à des comptes Twitter.

Utilisant Twitter pour se livrer à des actes de prostitution, il a volé le CROUS en laissant entendre qu’il était étudiant.

Récemment, il a accordé deux interviews.

L’une à http://www.worldzine.fr/2016/10/05/fachosphere-jusquou-peut-aller-la-communaute/

Sous la plume d’un certain Alexandre Guin le webzine s’est fait l’écho de diffamations telles que les personnes concernées ont dû saisir l’hébergeur OVH pour demander le retrait de publications plus que douteuses mettant en cause leur vie professionnelles et familiales.

Maxime Haes a insulté la journaliste Catherine Nay, le maire Robert Ménard. Il a trouvé le moyen de se faire bloquer par le DG de Twitter France en personne tant il le harcelait. Maxime Haes menace de mort une jeune étudiante.

Le 16 avril France Info publie une interview de l’individu le faisant passer pour une victime. Visiblement, à aucun moment le journaliste n’a enquêté. Car les preuves du harcèlement qu’exerce Maxime HAES en particulier sur les femmes ne manquent pas. Les témoignages sont terrifiants.

En 2015, cet exhibitionniste qui publie souvent des clichés de lui quasiment nu sur le réseau social poste un message digne d’un musulman radicalisé à l’attention d’une femme. « Heureusement pour toi @jeunefrancaise, ce sera l’Histoire qui t’écrasera à défaut de mon pied et de mon poing. Des bisous sale pute”. Dans la foulée, il divulgue l’identité de l’étudiante brillante et engagée. La même année, il profère ceci. “Toi je te jure que si je te trouve, je te bute @BreakingTort. Et c’est clairement une menace. Viens porter plainte un peu qu’on rigole.” Fortement énervé par la création d’un compte parodique consacré à son ami Breakingthor, il promet coups et blessures à son auteur. La menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes est punie de six mois … La peine est portée à trois ans d’emprisonnement et à 45 000 euros d’amende s’il s’agit d’une menace de mort.

Cette vilaine habitude de menacer les femmes se retrouve dans ce tweet enragé :

“La prochaine fois que tu sors les mots « patriotisme, respect, décence”, tu prends une baffe @LaMutine.“

Actuellement, Maxime Haes est poursuivi par le procureur de la République pour injure publique, entre autres. Il n’a pas hésité à qualifier de nazi et d’homophobe Yvan Matagon. La plaidoirie de son procès aura lieu en mars 2017. Las, la perspective d’une condamnation ne le calme pas puisqu’il harcèle une mère de famille depuis mai 2016 et publie des textes aussi hystériques et diffamants sur son profil.

Une “journaliste” ou probablement une stagiaire répondant au nom de Licia Meysenq a publié un article sur le site France Info. Elle vient de se ridiculiser pour des années en faisant passer pour une victime un type que la médecine considère comme atteint de troubles mentaux graves.

image

http://www.francetvinfo.fr/internet/reseaux-sociaux/twitter/ils-diffusaient-mes-adresses-et-encourageaient-les-gens-a-me-tabasser-la-realite-du-harcelement-sur-twitter_2146022.html#xtor=CS1-747

Dans cet article, tissu d’affabulations, celui que l’on surnomme à juste titre le giton ose se plaindre de ce que ses photos seraient volées puis publiées sur Twitter. Or, il les publie lui-même tant sur Twitter que sur Facebook afin de pouvoir offrir ses services prostitutifs à de vieux renards argentés. Ainsi cette image de sa vilaine personne en slip publiée par lui-même à l’occasion d’une partouze.

image

A l’instar de Mehdi Meklat il a créé plusieurs comptes avec lesquels il insulte et divulgue des informations privées comme le compte  https://twitter.com/StopHarcelemen

Suivi par Anne Hidalgo et Najat Belkacem, il se présente ainsi sur Twitter: « Tombé dans la gauche bien-pensante et la pensée unique quand j’étais petit. Paris – New York • Instagram.com/maxhaes/” Homosexuel revendiqué, il utilise le réseau social comme en témoignent les nombreux messages à double-sens qu’il poste dans un but que seuls les initiés peuvent comprendre… et a de ce fait gagné le surnom de giton. Comme la plupart de ses amis, il se dit athée et attaque la religion chrétienne quasi quotidiennement. En revanche, il défend les signes les plus obscurantistes de l’Islam, la burqa et le burkini et insulte ceux qui les refusent dans un souci de protection des femmes.

Maxime Haes hait les femmes les insulte, les menace. Mais il est protégé par le responsable de la communication numérique du président Hollande.

image

Maxime Heas publie également des messages pédophiles issus du compte de son ami @Poubellelounet2

image
image

Quand il ne se réjouit pas de l’agression d’une femme, Maxime Haes harcèle depuis plus de trois ans la jeune Godiva, infirmière.

image
image

Des liens avec “le consultant” un palestinien terroriste qui diffuse les adresses de certains internautes à des groupes jihadistes. Quand une personne ne lui revient pas Maxime Haes fait tout pour l’identifier. Ainsi a-t-il balancé les adresses du journalistes Jean-Paul NEY ou de Chloe des Lysses au “Consultant” qui les a mis en ligne publiquement avec appel au meurtre des susmentionnés.

image
image

Maxime Haes a des problèmes avec toutes les femmes de Twitter, cela relève de la maladie mentale. Ce n’est même plus du sexisme ordinaire, c’est une tare.

image

Maxime Haes envoie également ses amis menacer de mort des hommes politiques.

image

Dès lors nul ne sera étonné de voir qu’il soutient Mehdi Meklat.

image

Maxime Haes publie des photos de lui habillé en femme mais vient ensuite pleurnicher lorsqu’il est comparé à une… femme.

image
image

Tout aussi vulgaire que Maxime Haes, Michel Poulain, l’un de ses renards argentés, CM de David Guetta, insulte les femmes et poste des clichés pornos sur le réseau Twitter.

image
image
image

Voilà, vous savez à présent qui est le véritable Maxime Haes. Une ordure sexiste, injurieux, qui harcèle et menace de mort. Une raclure protégé par Anne Hidalgo et le CM de François Hollande, la LICRA et Gilles Clavreul.

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Maxime Haes l’autre Mehdi Meklat 1ere partie

  1. boticea dit :

    « à croire que certains modérateurs du réseau social sont complices… »
    C’est en réalité le seul sens de toute modération.
    Car par modération, il faut entendre mesquineries, manigances et autre intimidations qui révèlent toute la profondeur de ce qu’est une république : le plus petit dénominateur commun.
    La république, pour exister, se doit de discourir. C’est même là son principal argument, par lequel toute chose peut être redéfinie. Le discours, le verbiage, et finalement la technocratie se succèdent sans pouvoir se réguler, puisque le discours est intarissable, lui, le chantre de la république.
    Ainsi, le pouvoir donné à la nomenklatura via le « droit », s’accompagne d’une formation des esprits, qui écarte toutes les incertitudes sur lesquelles la république n’a pas de prise en les déclarants ineptes, ou à contrario les agitants pour mieux assoir la peur sans laquelle le pouvoir ne peut rien.
    A terme, faute de créativité, de dynamique, pris dans ce discours finalement mortifère car il ne connait pas l’inspiration du silence, le discours de toute république se mue invariablement en une vocifération contre tout ce qui révèle sa vacuité.

    J'aime

  2. Eastwood21 dit :

    Un « gang » de pédales quoi!!!lool

    J'aime

Les commentaires sont fermés.