Rachel Marsden : l’Amérique doit cesser de courtiser l’Arabie-Saoudite

PARIS – En tête de l’agenda quotidien du président américain Donald Trump, publié mardi matin sur Facebook, a eu lieu un déjeuner avec le ministre de la défense et le vice-prince héritier Mohammed Bin Salman. Peut-être Trump pourrait afficher l’agenda complet de cette réunion sur les médias sociaux aussi. Le manque de transparence dans les récentes relations américano-saoudiennes fait que bon nombre d’entre nous se demandent quel est vraiment le résultat final pour les États-Unis.

Ce n’est plus l’Arabie Saoudite de nos grands-parents. Pendant des décennies, l’Amérique a acheté du pétrole saoudien et a surtout ignoré les questions de droits de l’homme du pays, y compris le traitement des femmes comme des citoyennes de deuxième classe, tandis que les membres de la famille royale saoudienne bénéficiaient d’un client riche et assoiffé qui payait à temps.

Mais maintenant, l’Arabie saoudite est devenue un handicap  pour les intérêts énergétiques futurs de l’Amérique, en essayant, comme chef de file de l’OPEP,  d’entraver l’indépendance énergétique de l’Amérique du Nord en inondant le marché mondial  de pétrole. Comme le prix mondial du pétrole a chuté en raison de la montée en flèche de l’offre, les projets dans ce domaine  en Amérique du Nord sont bloqués.

Un grand nombre de personnes mettent en  doute le retournement de l’Amérique vis à vis de l’ Iran. Les États-Unis, ainsi que les quatre autres membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies et l’Allemagne, ont conclu un accord nucléaire qui a facilité  la levée des  sanctions contre les Iraniens et ouvert le commerce avec eux. Un tel renversement a impulsé quoi ? Eh bien, en manipulant  les cours du pétrole, la courtisée  Arabie peut être certainement considérée comme un ennemi de l’Amérique. L’effondrement des prix du pétrole a eu lieu fin 2014. L’accord avec l’Iran a été atteint en juillet 2015 (après de nombreuses années de discussions diplomatiques).

D’accord, maintenant Trump a la possibilité de courtiser soit l’Iran ou l’Arabie saoudite – ou d’une certaine façon essayer de gagner les bonnes grâces des deux. Que fera-t-il, et que doit-il faire? Jusqu’à présent, la rhétorique la  plus dure de Trump a été réservée à l’Iran.

Malgré le statut d’ allié de longue date des États-Unis, le Royaume a été en grande partie une nuisance. OK, je reconnais que si vous êtes une nation occidentale et que vous décidez de renverser un État-nation (disons la Syrie, par exemple) et que vous avez besoin de financer et de mobiliser des terroristes vendus au public comme des rebelles libérateurs, « Alors l’Arabie saoudite est le bon ami pour la situation – le genre d’ami malin dont vous jouissez parfois de la compagnie malgré les instructions de votre maman de rester loin de lui.

Ici,, nous avons maintenant Trump qui fait du pied au ministre saoudien de la défense à la Maison Blanche cette semaine,  de nationaliste à nationaliste. Oů est maman quand on a besoin d’elle?

Les Saoudiens sont sur un pied nationaliste, alors même que le chaos s’est développé au Moyen-Orient, faisant de l’Arabie Saoudite une sorte de  pyromane nationaliste  béat.  Vous savez, le verre est à moitié plein pour l’Arabie saoudite avec  la création de la machine de meurtre terroriste connu sous le nom de l’Etat islamique qui a  fini par conduire continuellement un pourcentage significatif de la population du Moyen-Orient en Europe et à vos frontières. (Contrairement aux Saoudiens, les dirigeants européens ne sont  pas assez intelligents pour fermer ces frontières pour empêcher un flux ingérable de réfugiés).. Et maintenant, l’Arabie saoudite utilise l’Etat islamique comme prétexte pour demander une aide de sécurité au Pakistan – un pays qui, selon certains fonctionnaires du renseignement, pourraient être disposés à fournir à l’Arabie Saoudite une arme nucléaire si le besoin se présentait.

« Le Pakistan est en pourparlers avec l’Arabie saoudite pour envoyer des troupes de combat pour protéger le royaume, en raison des inquiétudes grandissantes concernant les menaces des militants de l’ISIL et des rebelles Houthi », a déclaré le quotidien The National aux Emirats Arabes Unis.

Ah oui, les Houthis: proxies iraniens luttant contre l’Arabie saoudite au Yémen. D’une certaine façon, on en  revient toujours au match de  boxe  saoudien-iranien -, mais maintenant avec un spectacle en tournée.

Si Trump voulait utiliser son sens des affaires, il deviendrait le premier président des États-Unis à invoquer la  théorie « des coûts irrécupérables » en traitant avec l’Arabie saoudite. En d’autres termes, quand vous construisez un hôtel ou un casino et qu’il va courir  à la perte, vous ne passez pas votre temps à vous lamenter romantiquement sur tout le travail et le temps que vous avez investi. Une telle faiblesse émotionnelle face à une perte imminente pourrait conduire à une perte beaucoup plus importante sur le long terme. Au lieu de cela, vous devez  réduire ces pertes. Oui, l’Arabie saoudite était un allié américain, mais son comportement récent a nui aux intérêts du peuple américain.

Il est temps pour ce nouveau président américain non conventionnel de désactiver  le pilote automatique de l’établissement et de retrouver le chemin de la sagesse conventionnelle.

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Rachel Marsden : l’Amérique doit cesser de courtiser l’Arabie-Saoudite

  1. Anonyme dit :

    Les rois et princes d’Arabie sont surtout les rois des putes à champagne. Demandez au service catering du yachting club de Marbella comment se passe l’affrètement des navires. Je vous le donne dans l’ordre, comme au tiercé : d’abord les palettes de vodka et de whisky sont chargées à bord, ensuite le caviar, oursins, homards et saumon. Quand tout est bouclé, le tableau arrière du bateau, lentement sur ses vérins se referme, et s’ensuit discrètement un défilé de Bentley d’où sortent une bonne douzaine de putes, des Russes et des Espagnoles et… vogue la galère. L’islam est bien une religion de paix et de baise.
    Ensuite, tout les Al Saoud sont d’origine Juive : c’est un des secrets les mieux gardés du bled… mais avec internet, il n’y a plus de secret. C’est la raison pour laquelle quand vous traitez avec les chameliers, faut d’abord passer par Israël.
    Good luck, Mr Trump, dans ce monde de putes et d’hypocrites, j’espère que son sens des affaires – effectivement – fera mouche. Ces cafards sont imprévisibles !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s