Rachel Marsden: L’humanité peut-elle survivre à l’assaut des robots?

PARIS – C’est souvent en écoutant le bruits de fond qui monte du magma que l’on peut anticiper sur les grands conflits moraux qui se profilent dans le futur. Et celui-ci est extraordinaire car  il annonce  rien de moins que la prochaine révolution industrielle.

S’exprimant lors du World Government Summit à Dubaï le mois dernier, le PDG de SpaceX et Tesla, Elon Musk a suggéré que les humains et les machines sont susceptibles de fusionner dans l’avenir.

«Au fil du temps, je pense que nous verrons probablement une fusion plus étroite entre l’intelligence biologique et l’intelligence numérique», a déclaré M. Musk.

Il a noté qu’une telle fusion entre l’homme et la machine permettrait aux humains de maintenir le contrôle sur l’intelligence artificielle.

« Une certaine bande passante élevée en interface avec le cerveau sera quelque chose qui aidera à réaliser une symbiose entre l’intelligence humaine et la machine et peut-être résoudra le problème du contrôle et de son d’utilité »,

Musk a cité l’exemple des voitures sans conducteur, qui menacent les moyens de subsistance des chauffeurs de taxi. L’idée que nous pourrions bientôt être conduits par des voitures robot ne semble pas si insensé si vous considérez que Uber a déjà mis à mal  l’ industrie de taxi qui a reporté  sur les consommateurs les coûts d’un monopole imposé par le gouvernement, .

Beaucoup a été fait dans le domaine de  l’économie de partage et des entreprises du  numériques qui perturbent le statu quo dans diverses industries, mais une révolution encore plus significative arrive avec l’évolution de la technologie car un nombre croissant de travailleurs pourront être  remplacés par des robots.

Ces dernières années, les drones d’attaque ont souvent remplacé les forces spéciales américaines dans les opérations militaires. Alors que les décès liés au combat ont diminué en conséquence, la dépendance accrue à la technologie a souvent laissé ces guerriers sur la touche. Les robots effectuent maintenant des opérations à la place de chirurgiens formés. Et le Japon a développé des «aide-soignants» pour les soins aux personnes âgées.

Le candidat du Parti socialiste à la présidence française Benoit Hamon, a proposé un revenu de base universel de 750 euros par mois, en partie sous couvert de protéger les travailleurs car ils seront de plus en plus remplacés par les robots. Fidèle à la forme socialiste, Hamon a également proposé une taxe robot, les systèmes automatisés seraient imposés pour payer: les revenus générés par les robots.  Hamon a cité l’exemple des caisses automatiques dans les supermarchés qui, dans de nombreux cas, ont remplacé les caissiers.

Il suffit de penser à l’exemple de la caisse il est difficile de ne pas prendre partie pour  les robots dans cette  confrontation. Les supermarchés à Paris qui n’ont pas de caisses automatiques sont presque toujours en sous-effectif, du coup à force d’attendre dans la  file q j’ai plus d’une fois abandonné mon panier pour essayer ma chance ailleurs. C’est le genre de chose qui se produit lorsque l’État oblige les employeurs à payer des impôts extrêmement élevés sur les salaires des employés. L’embauche devient un fardeau que l’on cherche à minimiser.

Le plan de Hamon de payer à chacun un salaire mensuel pour ne rien faire soulève des questions morales significatives. Certes, la relation entre la valeur du travail et le revenu n’est pas toujours logique. Le fait que les amateurs et les athlètes professionnels gagnent plus d’argent que les chirurgiens est un exemple classique. Cependant, le système actuel est meilleur que l’alternative communiste dans laquelle il n’y a pas de corrélation entre l’effort et la récompense. Dans un tel système, il y a moins d’incitation à innover, à produire ou à réaliser, parce qu’un niveau de confort de base est garanti.

Les deux extrêmes sont illustrés en cet instantané: l’idée du capitaliste Musk de fusionner l’homme et la machine pour atteindre la capacité surhumaine contre l’idée socialiste de Hamon de laisser l’homme passer la journée à regarder la télévision tandis que la machine fait tout le travail.

Entre ces deux extrêmes se trouve l’être humain qui existe aujourd’hui, qui veut continuer à s’efforcer de réaliser le potentiel humain sans des modifications robotiques ni des subventions gouvernementales. Comment l’homme moderne peut-il assurer sa propre survie? Il peut en résulter des choix faits par différents pays. Les nations occidentales ne peuvent pas continuer à insister pour que les employeurs aient des impôts absurdement élevés pour payer les gaspillages et la mauvaise gestion du gouvernement.

Le mois dernier, le Parlement européen a voté en faveur d’une réglementation européenne sur l’intelligence artificielle et les robots. Néanmoins, une coalition conservatrice au sein du Parlement européen a rejeté une proposition de taxe sur les robots et a précisé qu’elle ne considérait pas les robots comme une menace potentielle pour le travail humain.

« Je tiens à préciser une chose: les robots ne sont pas humains et ne le seront jamais », a déclaré Therese Comodini du Parti populaire européen, le plus grand bloc électoral du Parlement européen. « Quelle que soit l’autonomie et l’auto-apprentissage qu’ils acquièrent, ils n’atteignent pas les caractéristiques d’un être humain vivant. »

Si une position purement morale est admirable, réformer les politiques économiques socialistes en réduisant la charge fiscale sur les entreprises et les travailleurs est tout aussi crucial si l’on veut que les humains survivent à cette nouvelle révolution industrielle.

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Rachel Marsden: L’humanité peut-elle survivre à l’assaut des robots?

  1. G1Avis dit :

     »Le plan de Hamon de payer à chacun un salaire mensuel pour ne rien faire soulève des questions morales significatives. »
    Hamon étant un socialo qui s’assume, ce genre de proposition est tout à fait normal.
    Bon en fait un socialiste qui s’assume vraiment, cela s’appelle un communiste.
    Le socialisme est au communisme ce que l’islam modéré est à l’islam radical.

    Je résume l’idéologie communiste: égalitarisme radical, et pas uniquement concernant le niveau de vie.
    égalitarisme radical et islamisme radical, qui se ressemble s’assemble non ?

    J'aime

  2. Bukit Batok dit :

    Les robots produisent des richesses et ils n’ont besoin que de courant électrique. La production de richesses au lieu de la pénurie, n’est-ce pas là l’essentiel ? La généralisation des robots n’aura qu’une conséquence : il faudra seulement trouver un nouveau mode de partage. Si ça se passe très bien, nous vivrons tous comme des sénateurs. Peut-être un problème : comment gérer les incapables au QI de 70 qui trouvent refuge dans des croyances abracadabrantes et qui voudront détruire ce monde futur ? Pour rester humain, on pourrait envisager des robots maton.

    J'aime

  3. alonzo dit :

    en tout cas Rachel Marsden semble avoir de bien jolies jambes….

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s