L’ordonnance de Trump sur l’immigration minée par une logistique défaillante

rachelmarsden

Résidente  en France, un pays soumis à de multiples attaques terroristes islamiques au cours des deux dernières années, je serais la dernière à critiquer  l’initiative du président Trump visant à sécuriser les frontières américaines par des contrôles extrêmes. J’ai été le témoin direct de l’insécurité croissante et de la désintégration culturelle directement attribuable à l’insistance de l’Europe à traiter ses frontières comme facultatives  plutôt que comme des passages obligatoires. Si Trump ne prend pas en main la situation, l’Amérique ressemblera beaucoup à l’Europe.

Le problème ne se limite pas aux radicaux dangereux qui pourraient commettre des atrocités terroristes. Il s’étend également aux communautés qui cachent ces individus aux autorités, les protègent, les hébergent via la loi du silence. Des sources policières m’ont dit que ces zones sont essentiellement des zones interdites où la police court un risque élevé d’attaque. C’est le résultat d’une politique nationale d’immigration qui ne tient pas compte de la sécurité et de la compatibilité culturelle.

Entrer en Amérique est un privilège, pas un droit. Chaque pays qui a réussi à préserver son identité culturelle a mis en place un système sélectif qui rejette ou accepte les arrivants en fonction du pays d’origine.
Les manifestants pour les droits civiques contre le contrôle  arbitraire devraient se féliciter d’un filtrage fiable. Ne rien faire  soumettrait les immigrants à des soupçons continus. Le problème pour les défenseurs des droits civiques, cependant, est qu’une vérification adéquate du gouvernement exige des travaux de renseignement, que ces partisans rejettent généralement en faveur de la protection de la vie privée.

Une vérification appropriée est également impossible sans réformer la communauté du renseignement. Nous parlons de la même communauté de renseignements qui a délivré des visas d’étudiant à des terroristes morts lors des attentats du 11 septembre; La même communauté de renseignement qui ne peut pas confirmer ou nier qu’ un chef terroriste suspect est liquidé par des tirs de drones . S’ils ne peuvent pas confirmer si les terroristes qu’ils poursuivent sont vivants ou morts, comment peuvent-ils sérieusement donner un avis sur la personne qui vient aux États-Unis en provenance de cette région ?

Finalement, Trump doit garder à l’esprit la leçon de Napoléon Bonaparte. Grand stratège, Napoléon a néanmoins échoué en 1812 pendant la tentative de conquête du pays, car il n’a pas porté  d’attention à la logistique en obligeant ses fantassins  à utiliser les rares ressources russes pour la nourriture et l’eau (plutôt que les approvisionner par convois). Cette défaite a joué un rôle déterminant dans sa chute et son exil. Comme le dit le vieil adage, les amateurs parlent de stratégie, les professionnels parlent de logistique.

Et pour ce qui est de la logistique, quiconque a observé la mise en œuvre de l’ordonnance de M.Trump visant à interdire temporairement l’entrée des immigrants et non-immigrants de sept pays à majorité musulmane – l’Irak, la Syrie, l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan et le Yémen, a constaté que celle-ci  a été  à peu près aussi efficace que la campagne russe de Napoléon, moins la gelure et la famine.

Samedi matin, l’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, a déclaré sur  Fox News: « (Trump) a demandé la mise en place d’une commission, montrez-moi la bonne façon de le faire légalement…. et ce que nous avons fait, nous nous sommes concentrés, plutôt que sur la   religion, sur le danger – les zones du monde qui créent le danger pour nous.

Si nous parlons de pays qui parrainent le terrorisme, pourquoi l’Arabie saoudite, le Qatar, le Bahreïn, le Pakistan et d’autres nations sont-ils omis? De plus, quel acte de terrorisme l’Iran a-t-il commis ou parrainé contre les États-Unis?

La sélection des sept pays est intéressante en soi. Il en est de même du fait que Giuliani a assisté au rassemblement de 2012 des Mujahedeen-e-Khalq, ou MEK, un groupe dissident iranien figurant sur la liste des organisations terroristes étrangères du Département d’Etat des États-Unis. La MEK et l’État islamique partagent un sponsor commun – L’Arabie Saoudite. En 2007, l’Associated Press a indiqué que l’Arabie Saoudite avait pour lobbyiste au  congrès  Giuliani …» Est-ce pour cela qu’ils n’ont pas été ciblés?

L’interdiction a causé un chaos inutile pour les voyageurs respectueux de la loi dans le monde entier. Les résidents permanents légaux des États-Unis ont été détenus dans les aéroports, ne sachant pas s’ils seraient autorisés à rentrer chez eux, les détenteurs de passeports doubles ne savaient pas  si la directive s’appliquait à eux et les compagnies aériennes internationales employant des équipages de cabine étrangers, qui ont été contrôlé six fois le Dimanche ont du les changer  à mi-vol. Il n’y a aucune excuse à cet immense foutoir.

Pour le dire en des termes que Trump le magnat de l’immobilier peut  comprendre: Vous avez demandé à quelqu’un de vous construire un nouveau gratte-ciel élégant et fourni la vision globale. Mais ce quelqu’un n’a pas vérifié les angles, et ce que vous avez obtenu c’est  la tour penchée de Pise. Cette monstruosité penchée, comme cette administration, a maintenant votre nom sur elle.

 

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’ordonnance de Trump sur l’immigration minée par une logistique défaillante

  1. petitjean dit :

    les USA sont une adition de communautés qui revendiquent, qui s’opposent. Il y a de nombreux endroits où seule la langue espagnole est en usage. Cette situation, qui s’est considérablement aggravée avec l’immigration, amènera tôt ou tard à une partition du territoire. Dans les états du sud c’est évident.

    J'aime

  2. garycooperweb dit :

    Les USA ont une identité culturelle, moins ancienne que les pays d’Europe bien sur, mais elle existe, elle n’est pas partagée par tous les Américains, loin s’en faut, elle est d’ailleurs tout autant menacée que la notre, les nouveaux arrivants débarquent aujourd’hui avec une identité de substitution toute prète…l’esprit des Pilgrim Fathers, l’héritage des pionniers, l’histoire du pays en général…tout cela, les nouveaux « Américains », n’en ont rien à cirer…

    J'aime

  3. Anonyme dit :

    « Chaque pays qui a réussi à préserver son identité culturelle »
    L’identité culturelle des USA c’est quoi?! Justement il n’y en a pas! Ceci dit, bien sur que Don a raison!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.