Les nababs du Hamas

gaza_luxury_hotel

Voila un article qui va faire grogner de rage les pseudo-natios qui soutiennent les palestos, tout comme les nazis soutenaient les muz. Tant mieux 🙂

On a l’habitude de pleurnicher sur les povr’palestos et les valeureux guerriers du Hamas qui, soit-disant, les defendent. Voyons un peu ce qu’il en est…

Deborah Danan (Article du 28 juillet dans le Algemeiner):

« Un des mystères de la guerre actuelle à Gaza se voit dans les photos qui sortent de cette minuscule enclave.

D’une part, il y a la désolation et la misère des quartiers de Gaza où vivent des centaines de milliers de Gazaouis, et d’autre part, on voit des photos de demeures appartenant à des hauts responsables du Hamas, équipées de matériel de gymnastique et dotées de meubles de fantaisie, et des images de suites d’hôtels cinq étoiles où ces derniers séjournent. C’est vraiment énigmatique…

Comment ces nouveaux magnats, qui ont grandi dans des camps de réfugiés et qui prétendent qu’on doit aider leur peuple, deviennent-ils extrêmement riches si rapidement?

mercedes-gaza

Selon le Dr Moshe Elad, un expert du Moyen-Orient du Collège Académique de l’Ouest de la Galilée, la plupart des fondateurs du Hamas étaient des réfugiés ou des descendants directs des réfugiés. Certains d’entre eux sont nés de mariages entre Égyptiens et habitants de Gaza désargentés.

À ses débuts, l’organisation – qui ne s’appelait pas encore le Hamas – a été soutenue par l’establishment militaire israélien, qui a financé des associations islamiques à Gaza dans le but de contrebalancer le Fatah. En fait les Frères Musulmans à Gaza étaient financés pendant les années 1970 et 1980 directement et indirectement, au titre d’organisation caritative, par différents États comme l’Arabie saoudite et la Syrie, financement qu’Israël a toléré, car à l’époque ils n’étaient qu’un mouvement religieux sans action militaire et ne pratiquant pas d’attentats terroristes contre Israël, à la différence de diverses branches de l’OLP.

Le jour où ils ont décidé de couper les liens avec Israël et de chercher du financement ailleurs, ils se sont enrichis encore plus. L’argent, a déclaré Elad au journal financier israélien Globes, est venu de plusieurs sources telles que les dons faits par les familles des personnes qui décèdent, l’argent provenant de dons de charité, appelés ‘zakala’ en arabe et les dons de divers pays. Cela a commencé avec la Syrie, l’Arabie Saoudite, puis l’Iran, l’un des principaux sponsors, et finalement avec le Qatar qui aujourd’hui a pris la place de l’Iran.qatar2

Il y a eu également une campagne pour amasser des fonds aux États-Unis par Moussa Abou Marzouk. Il a commencé à collecter des fonds parmi les riches musulmans en Amérique.

Au fil du temps, il a construit un conglomérat de 10 opérations financières qui accordent des prêts et effectuent des investissements. Marzouk est un financier très habile.

En 1995, les États-Unis ont arrêté Abou Marzouk pour des activités soutenant le terrorisme et après deux ans de prison, il a été expulsé sans procès. Mais il a gardé l’argent. Cet homme valait déjà plusieurs millions en 1997 quand il a été expulsé, explique Elad, d’une certaine manière, il a réussi à échapper à l’IRS et à un procès. Certains disent qu’il a des contacts dans l’Administration. Ce n’est pas prouvé, mais il est difficile de trouver une autre explication pour la façon dont il a réussi à s’extirper d’accusations aussi lourdes portées contre lui.

En 2002, lors de l’enquête sur les attentats de 9/11, il a été constaté qu’il avait des liens avec Al-Qaïda et qu’il avait effectué des transferts d’argent au bénéfice des 21 agents d’Al-Qaïda considérés comme ayant mené les attaques. Aujourd’hui, Abu Marzouk est l’un des principaux milliardaires du Hamas, Selon des estimations arabes sa fortune se monterait à 2-3 milliards de dollars, explique Elad.

khaled-meshaal-in-his-private-doha-gym

Un autre haut-fonctionnaire devenu magnat-terroriste est Khaled Mashaal, le chef de l’aile politique du Hamas. Les estimations mondiales disent que Mashaal vaut $ 2,6 milliards, mais des commentateurs arabes, qui utilisent d’autres sources, disent qu’il possède entre 2 et 5 milliards de dollars investis dans les banques égyptiennes et les pays du Golfe, dont certains dans des projets immobiliers.

Le suivant sur la liste est Ismail Haniyeh, qui jusqu’à la signature récente d’un accord d’unité entre le Hamas et le Fatah était le Premier ministre de Gaza. Sa fortune est estimée à 4 millions de dollars, et la plupart de ses actifs dans la Bande de Gaza sont enregistrés au nom de son beau-fils Nabil et d’une douzaine d’enfants d’autres responsables du Hamas moins connus.

Toujours selon Elad, Ayman Taha, un fonctionnaire de niveau intermédiaire né dans la pauvreté et la désolation du camp de réfugiés d’El Buraj, a récemment construit une maison qui vaut au moins un million de dollars. Il est responsable de la coordination des opérations du Hamas à l’intérieur et à l’extérieur de la bande de Gaza et quoiqu’il ne soit même pas un membre de la haute société, il est déjà membre du club des millionnaires.

screen-shot-2016-02-07-at-09-48-42

Ces fortunes proviennent de dons faits à la bande de Gaza et usurpés, puisque chaque dollar passe par le Hamas. Elad estime que la contrebande de marchandises qui passe par les tunnels génère des centaines de millions par an et ceux qui la contrôlent sont devenus riches. Il existe plusieurs centaines de millionnaires dans la bande de Gaza et il y en aurait des centaines de plus si la contrebande continuait sans relâche.

L’homme qui tire les ficelles en Egypte est Khirat el Shatr, le n ° 2 des Frères Musulmans. Sa relation avec le Hamas serait basée sur une conception religieuse partagée, mais en fait son entreprise est florissante et son chiffre d’affaires est de plusieurs millions.

Un journal pan-arabe basé à Londres, Asharq al Awsat, qui est considéré comme un média fiable, a récemment publié un article disant qu’il y a 600 millionnaires à Gaza. Elad explique comment les fonctionnaires corrompus font de l’argent: chaque chargement en contrebande qui passe par les tunnels est imposé pour une somme forfaitaire de 2000 $, plus 25% de la valeur des biens. Entre Juin 2007 et 2010, l’entreprise de tunnels de contrebande a généré 800 millions $.

Le Hamas fait également payer des impôts à tous les commerçants de Gaza: des détaillants d’automobiles jusqu’aux vendeurs de fruits et légumes.

Le Hamas s’est aussi emparé de terres qu’il a revendues à profit.

Il a apparemment aussi donné des noms fictifs d’employés à des sponsors étrangers puis a encaissé leurs salaires et les a répartis entre quelques membres dirigeants.

La corruption du Hamas, affirme Elad, est non seulement endémique mais elle est aussi extravertie. Ce qui est unique à propos de dirigeants palestiniens au cours des années est que leur devise c’est « devenir riche rapidement ».

Ces leaders n’en ont pas honte. Ils accaparent le contrôle des industries cruciales telles que les communications et le pétrole dès qu’ils prennent le pouvoir. Dans la société occidentale, il y a aussi des gens corrompus qui s’enrichissent rapidement, mais cela est généralement fait subtilement à l’aide de distributions discrètes d’enveloppes d’argent et des formes élaborées de corruption qui ne sont pas faciles à trouver. Tandis que les Arabes palestiniens vous diront en pleine face : «Je veux devenir riche».

PS. Nancy Verdier rapporte que le millionaire Haniyeh aurait récemment déclaré :

« Sous terre dans les tunnels, sur terre au-dessus des tunnels, sur mer et dans les airs, avec des roquettes – partout, c’est une préparation permanente pour l’amour de Jérusalem et de la Palestine, au nom de l’intifada de Jérusalem et de notre peuple …»

Les observations du professeur Elad nous apprennent que les dirigeants du Hamas comme Haniyeh préfèrent la richesse et se fichent pas mal de leur « peuple ». L’enfumage idéologique et la «résistance» à l’occupation sont des business profitables, pourquoi s’en priver ? Malgré cela, les gauchistes et les ONG pro-palestiniennes vont continuer de mettre en oeuvre leurs flottilles «humanitaires» pour se battre contre le soi-disant blocus israélien …

Deborah Danan (Article du 28 juillet dans le Algemeiner)

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les nababs du Hamas

  1. el Maymouni dit :

    HAMAS est l’ acronyme de harakat al-muqâwama al-‘islâmiya (sgnifie Bataillon de soulèvement islamique)

    l’ acronyme signifiant alors : la ferveur (a s’ enrichir surement)

    et aussi il désigne le vendeur de pois chiches grillés , pour faire grossir leurs dondons

    les jolies filles étant réservées aux « chefs »

    Marci qui?

    merci l’ occident, dont la France, généreux donateur…..qui laisse crever de froid ses clodos et SDF…

    coté musulman, il n’ y a plus que le Qatar qui crache ( trés génereusement) au bassinet

    les palos recueillent pour 1 million et demi de faux réfugiés, 20% des subventions de l’ ONU

    le reste va se partager entre les 160 millions de réfugiés a travers le monde

    précisons quand même que les réfugiés palestiniens sont titulaires du plus gros privilège de l’ histoire de l’ humanité

    ils sont réfugiés de pères en fils !!

    ce qui signifie que les actuels « réfugiés » sont les descendants de ceux qui ont fui vers les pays arabes limitrophes

    de 700.000 a l’ origine ils sont aujourd’ hui quelques 3 millions et demi…

    tous réfugiés!!

    FABULEUX !!

    J'aime

  2. el Maymouni dit :

    trés bon article

    je ne connais pas le Algemeiner…quelle comparaison avec la presse française ??

    cela dit y a vraiment de quoi se marrer avec Gaza et le Hamas….le chomage des populo atteint 46%

    mais les chefs, eux, pas question de partager avec les autres palos, ceux de Mahmoud Abbas

    la lutte de libération nationale, sur un territoire de quelques centaines de KM2 abritant un million et demi de branleurs, passe avant tout!!!

    le traducteur a pondu une grossière erreur en parlant de « zakalah » ce mot n’ existe pas en arabe

    ( l’argent provenant de dons de charité, appelés ‘zakala’ en arabe)

    il a voulu parler de ZAKAT

    « La zakât ou zakat ou zakaat (زَكَاة zakāt) ; mot arabe traduit par « aumône légale ») est le troisième des piliers de l’islam. Le musulman est tenu de calculer chaque année lunaire (hégire) ce montant et de le donner aux plus pauvres dans son pays de résidence.

    Le fondateur du Hamas est la vieille fripouille musulmane pas modéré du tout et qui prone l’ éradication des juifs et des chrétiens de Terre Sainte
    un brave petit vieux a barbe fleurie, handicapé, sur sa chaise roulante
    a péri tragiquement pulvérisé en refusant la priorité a droite a un missile israélien quand il a traversé la rue…..

    J'aime

  3. revuedepressecitoyensetfrancais dit :

    A reblogué ceci sur CITOYENS ET FRANCAIS.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.