Rachel Marsden: Les électeurs tirent le frein d’urgence sur le Globalism Express

rachelmarsden

Alors que l’Amérique se dirige vers l’investiture du président  Donald Trump et que la Grande-Bretagne doit sortir de l’Union européenne à la suite d’un référendum populaire, le contrecoup de la mondialisation se poursuit à travers le monde.

L’Autriche tiendra une élection présidentielle le 4 décembre, et les sondages prévoient une victoire pour Norbert Hofer, candidat du Parti de la liberté  » d’extrême droite », sur son rival centriste, Alexander Van der Bellen. Les récentes élections présidentielles en Bulgarie et en Moldavie ont vu l’élection de dirigeants anti-Union européenne.

On pourrait penser que les élites mondiales reconsidéreraient  leurs plans après avoir vu les résultats de tous ces votes populaires aller à l’encontre de leur vision d’un  monde globalisé. Il est difficile de ne pas avoir l’impression que les élites n’ont pas de Plan B, alors elles s’acharnent à faire avancer un programme de plus en plus contraire à l’opinion publique.

Plutôt que d’admettre le rejet populaire de leur projet, ils accentuent  leur discours alarmistes basés sur  la peur, sans succès jusqu’ici. Ils  crient à la menace de guerre, avec l’annexion purement hypothétique par la Russie de ses pays voisins (comme la Moldavie par exemple) – un scénario souvent évoqué par les responsables de l’OTAN et leurs groupes de réflexion -Ceci  ne semble pas perturber les citoyens qui vivent réellement dans ces pays et ont  voté pour soutenir la Russie contre  l’Union européenne..

Le Parlement européen a adopté une résolution non contraignante la semaine dernière pour tenter de contrecarrer ce que certains parlementaires considèrent comme de la  propagande russe. La résolution demande que l’UE «réagisse à la guerre de l’information par la Russie» (et aussi par des groupes terroristes tels que l’État islamique) en «investissant dans la sensibilisation, l’éducation, les médias en ligne et locaux». Seulement 304 des 691 parlementaires ont voté pour La résolution, avec 179 voix contre et 208 abstentions.
Les députés minoritaires et  dissidents ont déclaré qu’il était «irresponsable de placer un État comme la Russie au même niveau de menace que l’État islamique». Mais, hey, chaque menace se vend mieux avec le terrorisme. Il suffit de demander au Département américain de la Défense, qui a greffé le changement climatique avec la menace du terrorisme dans un rapport publié en 2014. Essayons simplement d’oublier que l’Occident et ses alliés du Golfe Persique ont parrainé l’État islamique en premier lieu. Nous ne voudrions pas brouiller la propagande  nécessaire à la protection de ces  grands gouvernements.

Ces dissidents et opposants  ont également noté que l’Union européenne «ne reconnaît pas sa propre propagande sur la démocratie européenne». La résolution demande à l’UE d’inonder les journalistes de communiqués de presse (comme c’est déjà le cas) et de «soutenir directement les médias indépendants, les  ONG ». Bien que les détails de la mise en œuvre soient entièrement absents du rapport, cela ressemble beaucoup à  de la propagande financée par le gouvernement qui se cache derrière le journalisme indépendant et la réflexion de think tanks, ce qui rend difficile pour les consommateurs d’évaluer la source de l’information.

La résolution de l’UE veut imposer une sécurité. L’Union européenne n’a pas de problème de communication; Elle  a un problème d’identité. La gouvernance supranationale qui usurpe la souveraineté des États membres et qui s’immisce constamment auprès des citoyens n’est plus facile à vendre. Plutôt que de se réformer, l’UE essaie de réajuster la pensée des gens. C’est une chose difficile à faire à l’ère de l’information.

Ces temps inhabituels créent des alliances étranges. Nous, les conservateurs du marché libre, nous trouvons souvent plus étroitement alignés sur les vues des dissidents anti-mondialistes tels que WikiLeaks et les nationalistes comme le président russe Vladimir Poutine que sur celles des pouvoirs occidentaux. Les critiques font valoir que ces gens sont simplement les idiots  utiles du  diabolique maître à jouer  Poutine – une offense pour  ceux qui sont prêts à envisager des points de vue qui vont à l’encontre du dogme traditionnel.

Les valeurs américaines et européennes ont changé. C’est pourquoi Trump a été élu. C’est pourquoi  le Brexit est passé. C’est pourquoi le contrecoup du globalisme est pleinement efficace. Les gens vont aux urnes pour récupérer ce qui leur échappe:: leurs cultures, leurs identités nationales, leurs moyens de subsistance. Les élites accusent les gens d’être  des extrémistes pour oser réclamer ce qui leur a été pris et refuser d’accepter les décisions  politiquement correctes qu’on leur impose..

L’Occident fonce  vers une «soviétisation» à cause de  la corruption de ses principaux piliers de la démocratie – la liberté et le capitalisme – au profit des élites. Les freins sont maintenant tirés, et le train s’arrête brusquement. Attendez-vous à ce que le grincement devienne encore plus fort avant que le train ne déraille.

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s