Le Giton au Bal des Tapins.4.

cveyc_awiaem1ta

Chapitre 4

Le syndrome de persécution

J’ai eu mon Baccalauréat. Avec mention Assez Bien alors que j’ai triché comme un furieux. Moi, Mention Assez Bien. Les boules. Sûr et certain la salope qui m’a corrigé est homophobe. Je ne vois pas d’autre explication. Illico presto mon côté procédurier, porte-plaintes comme disait Philippe Muray, a repris le dessus et j’ai saisi l’inspection académique afin de faire punir l’être qui a osé me refuser le « très bien ». J’ai envoyé des lettres comminatoires aux ministres de l’éducation, du vivrensemble et de la famille invertie. J’ai téléphoné un nombre incalculable de fois à la mairie de Paris, gaspillant mon forfait téléphonique, mais Conchita Hidalgo n’a pas pris mes appels. Au moins, mes démarches m’auront donné l’occasion de rencontrer son adjoint, un homosexuel d’une trentaine d’années qui est devenu mon amant occasionnel, pas TTBM mais sympathique.

Yann Brossareluire aime bien les hommes qui ressemblent à de jeunes garçons, ce qui est mon cas. Les stéroïdes que je gobe depuis des mois ont fait grossir mes joues, ce qui ajoute à mon côté juvénile. Et puis mes dents de lapin sont aussi du plus bel effet. J’ai vraiment une tête de petit rongeur. Pas pratique pour les fellations, car les mecs ont toujours peur d’une morsure mais j’ai appris à ouvrir bien large ma bouche. Je suis désormais un suceur de compétition.Mon surnom LSD (Elle suce debout) fait des jaloux… Ma croissance est terminée, je mesure désormais 1m50 et ma bite est restée mini (10 cm au repos). Je pense de plus en plus à la prostitution et je cherche le meilleur urologue de Paris pour m’offrir une chirurgie plastique. J’ai entendu parler d’un mec qui avait trompé sa femme dans les années 90 et elle lui a coupé le zgeg. Un grand chirurgien a reconstruit ses bijoux de famille. Malheureusement, il est américain. C’est un ponte du phallus qu’il me faudrait. Mal outillé, j’ai pris conscience que je ne serai jamais un dominateur. Je serai donc le petit enculé toute ma vie, le vide-couilles de service. Et quand j’aurais soixante ans et une calvitie (mon père est chauve, mon grand-père aussi) je serai un vieil enculé de petite taille. Un moine défroqué en quelque sorte…

Si politiquement, mon moteur est l’utopie progressiste, du point de vue sexuel, j’ai développé une lucidité à toute épreuve. Quitte à être du mauvais côté du manche, autant le faire bien. Je m’entraîne. Avec Yann Brossareluire, on est allé à Pigalle dans un sex shop gay. Révélation. Du latex, des godes énormes, des pilules pour garder la forme, pour bander plus haut plus fort, des instruments pour serrer le gland ! Je me sens comme Alice au pays des merveilles. Yann m’a offert un dildo rétractable. Un peu comme un spéculum. Tu l’enfonces et tu le fais grossir. C’est ainsi que j’ai préparé mon anus moi-même pour les assauts de mes futurs étalons.

Avec cette satanée mention assez bien je n’ai pas pu intégrer la grande école que je convoitais. Ma mère m’en a plus voulu d’avoir fait un scandale contre la correctrice des épreuves que de mes résultats. « Tu vois de l’homophobie partout, tu serais capable de trouver des homosexuels homophobes, mon pauvre fils ». Ma demi soeur s’éloignait de moi. Là encore je la traitais d’homophobe du matin au soir. Je trépignais, je fulminais, je rageais. « T’aimes pas les homo, Cécile. C’est pour ça que tu ne me parles plus. » Je me sentais seul au sein de ma propre famille. Tout était de leur faute. Ce monde homophobe me donne la nausée.

En septembre, j’ai fait ma rentrée à l’Inseec. Là encore ma famille a parlé d’une école de niveau moyen. Mais là aussi j’ai répondu que c’est une homophobie viscérale qui les faisait réagir ainsi.

 

Avant la rentrée, nous avons décidé de tous nous retrouver une dernière fois au bar tabac PMU de Stéphane Vertbois. C’est là que nous avons appris le drame du padawan. Soudain MallumaKonsio la poissonnière a crié à la cantonade:

– Putain mec, t’as le périph anal qui empeste à la ronde ! Je vais te mettre dans ma benne à ordures ! Arrête de lâcher des caisses bordel de merde, tu fais chier.

On a tous rigolé comme des baleines. Boutintrin tout aussi ordurière en a rajouté. Il faut dire qu’elles étaient si heureuses de se revoir les deux gouines ! Et que je te roule une pelle à pleine bouche et que je te tripote les nichons pour voir s’ils ont poussé et que je te mets la main dans le pantalon, c’est tout juste si elles ne baisaient pas devant nous !

Le seul qui ne riait pas c’était le Pada.

– Avoue, t’as encore le cul plein de la semence de ton mec et t’as lâché tes sphincters ! Dans ma benne dans ma benne ! Un rire sonore et gras comme un pet, Malluma insistait.

Le Pada qui se fait désormais appeler Le Boubou du net prit la parole. « Bon puisque vous insistez. Je n’ai pas pété, non. Il faudra vous habituer à cette odeur. J’ai chopé un genre de sida du cul. A force de me faire défoncer dans le marais, barebacking au one way, ou poing sur les i à la Fistinière, j’ai attrapé des boutons. J’ai d’abord pensé à des irritations et négligé de me faire soigner. La maladie a rongé une partie de mon colon. C’est ça l’odeur que vous sentez. Je viens de commencer la chimio. Je vais surement perdre mes cheveux.

« Mais et tes études de médecine alors? » Je suis inscrit. Je vais suivre les cours à la Fac. Mon mec m’aidera à rattraper si je suis absent ».

Salomé toujours aussi conne gloussait comme une poule sans tête. Nous étions consternés.

Jean Sansdor essaya de changer de sujet.

« Bon, vous connaissez la meilleure? Avec Stéphane on a réussi à avoir la peau de la vendeuse de la boulange. Vous savez celle qui refusait ses avances? On l’a suivie et on a fait des photos d’elle de nuit. Puis j’ai utilisé photoshop pour réaliser des montages en collant sa tête sur le corps d’une pute du bois de Boulogne. Ensuite on a envoyé tout ça au boulanger avec des petits mots doux :Les miches de la boulangère, dans la farine le jour dans le sperme la nuit! Hahahahahahahah!

Bravo bravo ! m’entendis-je dire! Ma joie n’étant pas feinte. Dès qu’une femme en bave moi je bande.

Pisseaunez qui avait définitivement pris comme nom Breakingthor avait mis sur sa face ce petit rictus pervers. Lui aussi était content du malheur de cette innocente. Stéphane Vertbois conclua par ces mots: « Que ça lui serve de leçon à cette petite pute, on ne refuse pas les avances du tabac journaux PMU ». Pour fêter ça, il ouvrit une bouteille de champagne, du Charles Roteux et fils.

http://chloedeslyssesofficial.tumblr.com/

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s