Toulouse : Le déséquilibré du jour

1018952115

Un homme s’est introduit dans un commissariat de la ville de Toulouse et a essayé de s’emparer de l’arme de service d’une agente avant de finalement attaquer cette dernière avec un couteau. L’agresseur a été interpellé.

L’incident, rapporté par le site d’information de La Dépêche, aurait été causé par un homme de 31 ans atteint de troubles psychiatriques. Le média qu’il aurait agressé la policière «parce qu’elle représente la France».

https://francais.rt.com/france/25667-toulouse–policier-attaque-couteau

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Toulouse : Le déséquilibré du jour

  1. Monsieur-Glandu dit :

    Aux States, les policiers n’auraient eu aucune hésitation: headshot. Bye bye le mouloud déséquilibré.

    J'aime

  2. Verdammt dit :

    En d’autres temps le « déséquilibré » aurait glissé dans les escaliers du commissariat.
    Hé oui madame Michu, on est plus en 1950, 1960.
    A l’époque, en plus, il l’aurait assit confortablement sur une bouteille de pinard pour qu’il se remettre de ses émotions.
    En ces temps bénis il fallait deux policiers pour arrêter un déséquilibré.
    Aujourd’hui il faut 1 escadron de CRS pour arrêter un pokémon déséquilibré et encore.
    Allez savoir madame Michu.

    Aimé par 1 personne

  3. jsg dit :

    Ils avaient l’occasion de l’abattre ! Quand-même dans un commissariat ! C’était des figurants qui occupaient la place ? Comment voulez-vous que la police soit prise aux sérieux, et en plus, le journaliste rajoute que l’agresseur a été interpellé !
    Certes, il y aurait eu les mises en doute de la véracité des faits, les flics auraient été taxés de torture, et autres qualificatifs, de toutes ces mouches du coche. Je croyais que le bon ministre de l’intérieur (des âmes) défendait ses troupes ?
    Encore un fait qui va être étouffé doucement.

    J'aime

    • yoananda dit :

      Non ils n’avaient pas l’occasion de l’abattre, il n’y aurait pas eu proportionnalité.
      En France c’est ainsi : proportionnalité, nécessité, immédiateté.

      Ou du moins, s’ils l’avaient fait, fallait assumer de perdre son boulot et tout ce qui va avec, de gâcher sa vie.

      Tant qu’il n’y a pas de changement politique, personne ne peut rien faire sans risquer de foutre sa vie en l’air.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.