Une « saloperie de religion »

CLvesbpWsAAFxdo.jpg

Par Alain Leger

Plus je me place loin de tout pensée politique, loin du débat sur l’immigration, sur l’islam modéré ou pas, de France ou pas, plus les les leçons qui s’imposent obligatoirement suite à l’attentat de Nice donnent le frisson :

Tout musulman est potentiellement un terroriste.

Il semble difficile dans l’état actuel de l’enquête de démontrer que Mohamed Lahouaiej Bouhlel était radicalisé. Tout prouve qu’il était au contraire un musulman bien intégré, et salarié.

Vous ne pouvez pas savoir ce que votre voisin de palier, votre collègue, prépare dans sa tête.

Les services de l’Etat, qui sont – rappelons les propos du président français – en état de guerre – et agissent dans le cadre de l’état d’urgence pour prévenir le danger, ont été incapables de repérer Bouhlel. Aucun de ses voisins, qui le croisaient chaque jour, aucun de ses collègues, n’ont rien suspecté.

Les appels de l’Etat islamique à tuer des civils sur leur sol et par tous les moyens ont trouvé des oreilles attentives là où l’on ne l’imaginait pas, et confirme le point numéro 1 : tout musulman peut devenir un terroriste, et pas seulement les jihadistes fichés.

On ne peut pas déradicaliser celui qui n’est pas radicalisé.

Tenter de déradicaliser n’a produit aucun effet à ce jour. Mais puisque Bouhlel n’était pas radicalisé, et encore moins détecté comme tel, l’Occident se réveille dans un état de vulnérabilité que l’exemple de Bouhlel auprès d’autres musulmans ne fera qu’accentuer.

Les moyens de prévention ne servent plus rien.

Si certains imaginaient un monde parfait, où la police irait nettoyer une à une les zones de non droit et confisquer les armes ; que chaque mosquée serait mise sous surveillance ; chaque radical incarcéré, isolé des autres pour ne pas les radicaliser ; chaque fiché S expulsé ; chaque combattant retournant de Syrie déchu de la nationalité française et emprisonné ou expulsé : tous ces moyens viennent de se révéler sans objet.

Bouhlel ne vivait pas dans une zone de non droit, il a tué avec un camion de location et aurait pu se passer d’armes, il ne fréquentait pas (jusqu’à preuve du contraire) la mosquée, n’a jamais été incarcéré, jamais fiché S, n’a (jusqu’à preuve du contraire) jamais voyagé dans un pays en guerre, et il n’était même pas français.

Bouhlel présentait toutes les conditions pour passer entre les gouttes et éviter toute suspicions. A lui seul, il a tué 84 personnes (bilan provisoire). Il y a 50 millions de musulmans en Europe. Faites vos comptes, et comme me disait un vieillard qui a vécu en Allemagne sous les nazis : «saloperie de religion.»

Cet article a été publié dans Global. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Une « saloperie de religion »

  1. jsg dit :

    Qu’attendent les assoc du genre mrap ou autres conneries orientées, pour trainer devant les tribuneaux le coran pour incitation à la haine ?

    J'aime

  2. Une religion du carnage…C’est la Bête cruelle et sanguinaire prophétisée dans l’Apocalypse. Les Signes sont clairs.

    J'aime

  3. lamethodebronson dit :

    C’est le moins que l’on puisse dire!!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.